Le 1er conseil pour contrôler vos cycles

 

Quand on a toujours entendu dire que les femmes ont des règles, de préférence tous les 28 jours, et que c’est «comme ça»… Le fait de dire que «eh bien non, ce n’est pas comme ça !» bouscule les idées reçues.

Devenir «femme papillon» suppose de changer .

Changer ses habitudes, ses croyances, ses attitudes .

Nous sommes enfermées dans l’histoire, dans celle de nos mères, de nos grands-mères ; dans les croyances véhiculées de générations en générations :

  • «chez nous, les femmes ont leurs premières règles à 11 ans (ou 10 ou 15…)
  • «ma mère et ma grand-mère (ma soeur, ma cousine,…) a été ménopausée à 50 ans, donc ce sera pareil pour moi»
  • «Le 2e accouchement est toujours plus facile que le 1er»
  • «allaiter abîme les seins»
  • «c’est normal d’avoir mal au ventre pendant (avant) les règles»
  • Etc …

Nous sommes aussi enfermées dans les discours véhiculés par les médias, la médecine, certaines traditions («avoir ses lunes»)

Contrôler ses cycles est un grand changement qui demande aussi de la discrétion pour ne pas se heurter en permanence à des incrédulités . Cependant, je suis sûre que vos amis/es seront passionnés/es  par votre aventure !

Le 1er changement sera celui de votre attitude vis à vis de vous-même

Avez-vous appris à l’école comment est fait votre corps ?

Oui, un peu ;

De quoi vous souvenez-vous ?

Si vous êtes médecin ou praticien de santé, je ne vais pas vous apprendre la biologie, la physiologie …

Quoique …

Vous savez, nous faisons de beaux voyages , dans des pays très éloignés ; nous faisons des heures d’avion, nous découvrons avec ravissement de nouvelles cultures ; nous admirons leurs différences, qui nous inspirent …

Mais , il y a un pays que nous oublions de visiter : notre corps !

Notre corps magnifique, qui nous permet de faire ce que l’on a à faire, qui nous permet d’exister, d’apprendre, d’échanger, d’aimer, …

Ces merveilleuses cellules qui à chaque instant nous maintiennent au mieux de notre santé.

La 1ère étape est donc de connaître notre corps, de le découvrir , de le ressentir, de l’aimer

Pour cela , nous allons utiliser le sourire .

Vous avez probablement vécu cela :

Vous marchez dans la rue, dans un magasin, absorbée par vos pensées, par «ce qu’il y a à faire», vous levez les yeux , et là , vous rencontrez un regard ; et ce regard, ce visage vous sourient ; vous répondez au sourire avec le vôtre , et alors que la personne disparaît, on ressent quelque chose de bon , de doux en soi ; interpellée par cette seconde «magique» nous sentons en nous quelque chose de différent, on repart avec du bon dans le coeur .

Et c’est ce «bon» que nous allons donner à nos cellules en leur souriant .

Un autre exemple :

Imaginez votre patron ( ça peut être vos professeurs, vos parents, des amis, hommes ou femmes ) ou plutôt 2 sortes de patrons :

  • le 1er , qui dit à peine bonjour et «c’est tout ce que vous avez fait», «c’est plein d’erreurs et à refaire avant … (temps très court et difficile à tenir)»,  «si ça continue comme ça …(menaces) , ou «vous êtes vraiment bonne à rien,( incapable, nulle, …)
  • Le 2e, qui prend le temps de dire bonjour, avec attention et sourire et dit « ah, c’est bien que vous soyez là , tout/e seul/e, je ne pourrais pas y arriver», «vous avez bien avancé», «avez-vous eu du mal à faire cette tâche?car j’ai remarqué quelques erreurs» «cela vous a pris du temps, n’est-ce-pas ?», «souhaitez-vous une formation complémentaire?» …

Quel patron préférez-vous ? …

Ça peut aussi être soi-même …

Ou nos proches : compagnon, mari, enfants,…

Pour les taoïstes, le corps est comparé à une cité impériale . Chaque organe, fonction du corps est comparé à un ministère, un secrétariat . Par exemple, le coeur est comparé à l’empereur, qui a son 1er ministre (maitre coeur); le foie est comparé au ministère de la défense, la rate au ministère des transports, les poumons à la qualité de l’air et à la protection (peau)…

Notre corps fonctionne comme un empire dont nous sommes l’empereur, le «patron»

Alors… Quel type de «patron» suis-je ?

C’est cela notre 1er changement : considérer notre corps, nos cellules, comme nos serviteurs, mais des serviteurs qui nous serviront mille fois mieux si nous sommes de bons «patrons», de bons empereurs qui gouvernent leur pays avec le coeur et le sourire .

Alors … Comment faire ?

Tout simplement : acheter un livre d’anatomie

Et

Sourire

Sourire à nos cellules, les remercier ; sourire à nos organes, comprendre comment ils fonctionnent, ce qui les troublent, les féliciter pour ce travail magnifique qu’ils réalisent depuis notre conception, en prendre soin, … Et être le meilleur des «patrons» pour soi-même.

En tant que femme, nous savons sourire, montrer le meilleur de nous-même aux autres, mais à soi ? Se sourire à soi, dans le miroir, est un très bon exercice ; si c’est difficile, faites une grimace, la plus moche, et laissez-vous aller à en rire .

Le matin, le soir, à chaque visite devant le miroir, se saluer comme une personne magnifique, comme la reine de notre territoire, la princesse que nous sommes ; se remercier, se féliciter, s’aimer telle que l’on est .

Puis, sourire à notre coeur, y ressentir l’amour ;

Sourire à nos reins, y ressentir la douceur ;

Sourire à notre foie, à notre estomac, à nos poumons ,…

Sourire à nos organes sexuels, à nos seins ;

En devenant «femme papillon», et donc contrôler ses cycles, le sourire est notre fidèle compagnon .

Nous nous connaissons de mieux en mieux, physiquement, émotionnellement, sexuellement ; nous nous comportons en bon»patron» et la vie entière devient souriante.

Alors … Sourions au miroir, à nos cellules et au monde !

Laisser un commentaire